Quand l’imaginaire dépasse du cadre